Des nobles bretons parmi mes ancêtres ? – Episode 1

Le week-end dernier, j’ai cru devenir folle après avoir passé près de 7h à feuilleter les registres paroissiaux de Dinan (Côtes d’Armor) de la fin du XVIIe siècle. J’ai eu envie de vous conter cette aventure généalogique un peu frénétique qui n’est pas encore achevée.

Dans mon article Sur la trace de mes ancêtres bretons, vous avez fait la connaissance de Périne NEHOU, mon ancêtre à la dixième génération.

Périne_NEHOU_30_mai_1724_Vildé
Signature de Périne NEHOU le 30 mai 1724 à Vildé-Guingalan.

Elle est l’une de mes rares ancêtres à savoir signer au début du XVIIIe siècle, alors même qu’à cette époque entre 5 et 10% des femmes de Côtes d’Armor savaient le faire. Périne est baptisée le 7 septembre 1687 à Yvignac-la-Tour, et reçoit pour parrain l’écuyer Guillaume Gouyon, et pour marraine Périne Amoureux. Elle est la fille de Pierre NEHOU et de Thomasse GUERIN. Après ses fiançailles le 7 mai 1724, et la publication des bans de mariage les 7, 16 et 22 mai, elle épouse Julien HENRY, appelé Francoeur, sieur des Granges, le 30 mai 1724 à Vildé-Guingalan. Ils vont avoir plusieurs enfants (au moins un garçon, Marc Matthias, né en 1725, et des jumelles, Périne et Marie, nées en 1726).

Julien_HENRY_12_août_1726_Vildé_Guingalan
Signature de Julien HENRY le 12 août 1726 à Vildé-Guingalan.

Julien HENRY est inhumé le 14 avril 1737 dans le haut de l’église de Vildé en présence de son épouse, qui est quant à elle inhumée dans le cimetière de Vildé quatre ans plus tard, le 3 octobre 1741.

François_DESCOUPEAUX_2_août_1724_Aucaleuc
Signatures de François DESCOUPEAUX et d’Elisabeth NEHOU le 2 août 1724 à Vildé-Guingalan.

Périne sait signer et épouse un sieur, comme sa sœur aînée Elisabeth NEHOU, née en 1674, qui épouse le 2 août 1724 à Vildé François DESCOUPEAUX, sieur de la Haultière, ou encore son frère Pierre NEHOU, qui est quant à lui « sieur de la Grande Maison ». Ce sont les premiers sieurs que je rencontre parmi mes ancêtres directs. Serais-je donc ENFIN sortie de la paysannerie pour trouver quelque famille noble ?

Pour explorer cette branche, il faut que je puisse remonter plus loin, et je m’intéresse donc aux parents de Périne, Pierre et Thomasse.

Pierre_NEHOU_21_septembre_1682_Yvignac
Signature de Pierre NEHOU le 21 septembre 1682 à Yvignac-la-Tour.

Sur les actes de baptêmes de leurs nombreux enfants (au moins 10 nés à Yvignac-la-Tour !), Pierre NEHOU est tantôt désigné comme « honorable homme », « noble homme », ou « sieur dudit lieu », et sa femme Thomasse GUERIN sait signer. Seulement voilà, impossible de dénicher leur acte de mariage.

Thomasse_GUERIN_22_novembre_1679_Yvignac
Signature de Thomasse GUERIN le 22 novembre 1679 à Yvignac-la-Tour.

J’ai tout essayé : épluchage des registres paroissiaux d’Yvignac et de Vildé, recherches dans la base de données Généarmor (où la plupart des registres des Côtes d’Armor ont été relevés), sur Geneanet, Gallica, Google… rien de chez rien. En désespoir de cause, j’ai posté un appel à l’aide sur Twitter et sur un groupe de généalogie sur Facebook… toujours rien. Comment faire ?

Je suis revenue sur chaque acte de baptême des enfants, pour tenter de trouver un indice parmi les parrains et marraines, pour la plupart nobles. On y trouve, entre autres, Gabriel Servan D’ESPINAY, seigneur marquis de Vaucouleurs, Servanne FROTET, marquise de Vaucouleurs, Thomas CHERTIER, sieur de Fresche, Guyonne DE LIONNAYE, François GELIN, châtelain de la Ville Morel Québriac le Liscouët, ou encore Servanne DE TREMIGON, marquise douairière d’Espinay. Après quelques recherches sur ce beau monde, je trouve la trace d’une Guyonne DE LYONNAIS ayant épousé à Dinan un certain Pierre GUERIN. Il s’avère que les registres paroissiaux de Dinan n’ont pas encore fait l’objet d’un dépouillement dans la base de données Généarmor, ce qui pourrait expliquer que je ne trouve pas le mariage de Pierre NEHOU et Thomasse GUERIN. Sans conviction, je me tourne donc vers cette piste, cherchant le mariage avant la naissance de leur premier enfant à Yvignac (Gabriel Servan, né le 7 février 1673), donc vers 1671-1672 à Dinan.

Qu’ai-je bien pu trouver ? Suite au prochain épisode 😉

 

Publicités